Recommandations


La technologie Behring a reçu le soutien du Ministère de la recherche et du fonds Feder Européen pour les technologies vertes.

La cavitation pour dissocier les amas bactériens issu du biofilm

En circulant, l’eau arrache au biofilm des amas bactériens qui peuvent atteindre une taille supérieure à 100 microns et contenir plusieurs dizaines de milliers de bactéries. Ces amas sont extrêmement résistants à toute forme de traitement. En effet, les approches UV traditionnelles sont efficaces en laboratoire sur inoculum bactériens (bactérie isolée) mais ne sont pas assez puissants pour traiter le cœur des amas bactériens.

C’est pourquoi la technologie Behring combine une dissociation des amas bactériens par cavitation hydrodynamique avec un traitement UV spécifique aux débits d’eau intermittents.

UV_et_Cavitation

La cavitation hydrodynamique est une formation de micro-bulles dans un liquide soumis à une très forte accélération. Ces micro-bulles subissent pendant environ 30 millièmes de secondes une pression supérieure à 1000 atmosphères et une température supérieure à 1000°C alors que le liquide environnant reste sous conditions ambiantes. Quand les bulles implosent, elles produisent des ondes de choc d’une énergie supérieure à 2.2 MW/kg capables d’endommager de l’acier. La cavitation, phénomène physique peu appréciable pour les pompes ou les hélices de bateau, devient une arme redoutable contre les amas bactériens.

Grâce à la seule pression du réseau d’eau et sans apport d’énergie extérieure, le cavitateur dissocie les amas bactériens de 100 microns en petit morceaux, voire en bactéries isolées qui redeviennent ainsi très sensibles aux traitements conventionnels UV ou chimiques.

L’efficacité de la cavitation face aux amas bactériens a été observée et mesurée par microscopie au laboratoire de bactériologie de l’université de Grenoble (LAPM/UJF).

La cavitation est un phénomène physique qui n’utilise aucun produit chimique mais la seule énergie de la pression du réseau. Nos recherches, brevetées au niveau international, ont été soutenues par le Ministère de la Recherche et récompensées par le Fonds Feder Européen pour les technologies vertes.