Fontaine à eau entreprise

Fontaines à eau purifiante Behring : Tout savoir de A à Z

Mis à jour le 7 novembre 2023 | C’est pas du pip’EAU

La présence de fontaines à eau est une obligation pour les établissements recevant du public (ERP). Raccordées ou non au réseau d’eau potable, elles s’inscrivent parfaitement dans la démarche de réduction des déchets plastiques, conformément à la loi AGEC. Focus sur les fontaines à eau purifiantes Behring.

Pourquoi filtrer l’eau ?

L’eau est un composé minéral, essentiellement constitué d’atomes d’hydrogène et d’oxygène. Elle est présente dans trois états : solide, liquide ou gazeux. Elle est souvent appelée « solvant universel » en raison de sa capacité à dissoudre quasiment tous les corps solides.

 

Quels sont les différents types d’eau ?

Composant majeur de la croûte terrestre et de l’atmosphère, l’eau présente des caractéristiques exceptionnelles, souvent même inattendues. Ce liquide incolore et inodore possède par ailleurs différentes origines et usages selon sa composition chimique.

 

💧 Les eaux de source

 

Les eaux de source proviennent des nappes d’eau souterraines en profondeur, non polluées ou à l’abri des rejets issus de l’activité humaine. À titre informatif, elles renferment moins de 500 g.L -1 de matières dissoutes totales et sont généralement potables, après néanmoins quelques traitements, notamment la décantation, l’aération et la filtration. Ces procédés visent à débarrasser les éléments instables comme le fer, les gaz, le manganèse ainsi que les agents microbiologiques.

 

💧 Les eaux de mer

 

Les eaux de mer présentent une salinité importante. Particulièrement abondantes sur la planète, elles occupent environ le quart de la Terre. Ces sources d’eau intarissables sont des alliées face aux éventuelles menaces de sécheresse engendrées par le réchauffement climatique. En effet, l’eau de mer peut être traitée et transformée en eau potable, moyennant toutefois un coût logistique exorbitant et une énorme consommation d’énergie.

 

💧 Les eaux minérales

 

Classées parmi les eaux de source, les eaux minérales s’en différencient par leurs propriétés particulières. En effet, elles possèdent des teneurs en oligo-éléments et en minéraux élevés, leur conférant des bienfaits thérapeutiques. À cela s’ajoute la stabilité de leur composition dans le temps. À l’instar des eaux de source, elles doivent être conditionnées à proximité du point d’émergence de la source, moyennant des précautions hygiéniques particulières. L’objectif est qu’elles ne subissent aucun autre procédé chimique à part l’élimination de constituants instables par filtration et/ou décantation.
L’objectif est de conserver leurs minéraux essentiels. D’autre part, les eaux minérales doivent être récupérées dans des conditions optimales, garantissant notamment la pureté bactériologique initiale. À savoir que leurs qualités sont toutefois susceptibles de changer, puisque la qualité de l’eau brute est largement influencée par la nature des sols.

 

💧 Les eaux de puits

 

Issues des forages, les eaux de puits renferment des minéraux et des oligo-éléments, ainsi que des proportions non déterminées. Elles comprennent parfois des micro-organismes susceptibles d’entraîner des maladies. Avant toute consommation, il est conseillé d’effectuer des analyses bactériologiques, permettant d’identifier et d’y éliminer les éléments nocifs pour la santé.

 

💧 Les eaux de robinet

 

L’eau du robinet est la dénomination des eaux dédiées à la consommation humaine. Issue d’un forage de nappe souterraine ou d’un cours d’eau, elle est ensuite conduite vers une usine de traitement où différents traitements physiques, chimiques et bactériologiques seront effectués. En réponse aux exigences de l’OMS concernant les eaux de consommation, ils constituent un préalable avant la distribution des eaux aux consommateurs.

 

Eau potable : que recommande l’OMS ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé : «une eau de boisson saine ne présente aucun risque notable sur la santé de la personne qui la consommerait sur toute la durée de sa vie [OMS, 2004] ».

À cet effet, des normes ont été fixées en vue de définir un seuil à ne pas franchir quant à un certain nombre d’éléments nocifs, potentiellement présents dans l’eau. En effet, une eau peut satisfaire les normes et être potable, mais peut toutefois intégrer des matières polluantes. Leurs concentrations peuvent avoir été considérées suffisamment faibles pour être préjudiciables à la santé humaine.

 

À cet effet :

  • L’OMS a ainsi défini des lignes directrices ordonnant l’absence totale de germes pathogènes (virus et bactéries) ainsi que d’organismes parasites dans les eaux potables en raison de leurs risques sanitaires élevés.
  • L’eau potable doit être exempte de composants chimiques, sinon en quantité limitée. Il s’agit notamment des substances toxiques et indésirables, telles que les phosphates, les nitrates, les hydrocarbures, les métaux lourds et les pesticides, dont des concentrations maximales ont été admises. En revanche, la présence de certains éléments est jugée indispensable, à l’instar des oligo-éléments essentiels à l’organisme.
  • Une eau potable doit en outre être agréable à la consommation : elle doit avoir un bon goût, une bonne odeur et être limpide. Pour satisfaire le critère du goût, elle doit renfermer un minimum de sels minéraux dissous, soit de 0,1 à 0,5 g par l, d’ailleurs nécessaires à l’organisme.
  • Elle ne doit pas être abrasive pour les canalisations pour ressortir propre des robinets

 

Des analyses bactériologiques et physico-chimiques doivent ainsi être réalisées dans l’objectif de comparer les valeurs des paramètres essentiels d’une eau potable aux normes en vigueur fixées par l’OMS. Le cas échéant, des traitements appropriés sont prévus.

.

Entreprise fontaine à eau réfrigérée

Analyse bactériologique

 

L’eau doit être propre, puisqu’utilisée quotidiennement à des fins domestiques quotidiennes : la consommation, l’hygiène corporelle, la vaisselle, etc. Elle doit être exempte d’agents pathogènes, notamment les bactéries, les virus, les parasites, etc. Il importe ainsi de procéder à des analyses bactériologiques, visant à déterminer les éventuels traitements chimiques nécessaires.

 

Analyse physico-chimique

 

La potabilité d’une eau varie selon plusieurs paramètres, dont les plus importants définis par l’OMS. En effet, tous ses composants doivent présenter des proportions bien maîtrisées. Les analyses physico-chimiques visent ainsi à faciliter le processus de traitement adapté aux caractéristiques d’une eau, et ce, indépendamment de son origine et de sa nature.

De principaux paramètres sont généralement considérés pour évaluer la qualité d’une eau.

 

1. La température

L’état physique de l’eau est généralement fonction de sa température. En effet, la disposition des molécules d’eau est sensible à toute variation de température : le phénomène d’agitation thermique.

 

2. La dureté

La dureté totale, ou titre hydrotimétrique totale (T.H), définit l’ensemble des ions alcalino-terreux (calcium et magnésium) présents dans l’eau. Il s’agit d’un indicateur de minéralisation en ions magnésium et calcium.

 

3. La turbidité

La turbidité renseigne sur la teneur en substances solides en suspension dans l’eau, ce qui explique sa capacité d’absorption ou de diffusion de la lumière incidente, en d’autres termes un facteur de la coloration de l’eau. Ce paramètre intervient dans l’évaluation de la clarté de l’eau.

 

4. La dureté calcique

La dureté calcique ou titre hydrotimétrique calcique (TH Ca) évalue la teneur en ion calcium dans l’eau.

 

5. Le pH

Le pH d’une solution, ou potentiel hydrogène, détermine l’acidité ou la basicité d’une solution aqueuse. Une eau classée basique présente un pH inférieur à 7, elle est acide pour un pH supérieur à 7 et neutre si le pH équivaut à 7.

 

6. Le titre alcalimétrique simple ou T.A

Le titre alcalimétrique simple détermine la teneur en bases fortes et carbones, en d’autres termes l’ensemble des bases libres présentes dans l’eau. Elle est évaluée par dosage volumétrique.

 

7. Le titre alcalimétrique complet TAC

Cet indicateur évalue la quantité en ions de sels minéraux de l’eau. Il est également obtenu par dosage volumétrique.

 

8. Indice de minéralisation

L’indice de minéralisation d’une eau correspond à sa teneur en minéraux. Ces derniers sont notamment issus du lessivage des sols par les eaux de pluie. Cet indicateur sert donc à recenser la totalité des minéraux qui sont présents dans l’eau.

 

9. La conductivité électrique

La conductivité électrique désigne la capacité d’une eau à amener le courant électrique et permet d’évaluer sa salinité totale. Elle équivaut donc à la concentration des minéraux dissous et ionisés dans l’eau.

 

10. La teneur en matière organique alcaline

Elle représente la quantité d’oxygène présente dans les matières organiques, que ce soit d’origine végétale ou animale, dans l’eau. En effet, l’oxygène, bien que dissous dans l’eau, conserve ses effets oxydants, ce qui explique sa fonction dans le phénomène de corrosion.

 

11. La teneur en chlorure

Elle informe sur la quantité d’ions chlorures d’une eau. Ce sont généralement des ions actifs, susceptibles de réagir avec d’autres, comme avec le potassium ou le sodium. Si aucune norme n’est établie quant à la quantité de chlorure dans l’eau, un excès de concentration, notamment supérieure à 250 mg L-1 risque toutefois d’en altérer le goût. Dans l’industrie, cette forte teneur modifie les propriétés de l’eau, qui devient corrosive.

 

12. La teneur en chlore résiduel

Le chlore résiduel ou chlore libre (Cl2) définit la quantité de chlore présente dans l’eau. Pouvant être résiduel ou d’origine naturelle, ce chlore se différencie du chlore libre, un composé inactif qui n’intervient dans aucune réaction interne. Le chlore contenu dans l’eau est susceptible d’entraîner des maladies.

 

13. Teneur en sulfates

La teneur en ions sulfates détermine la quantité en ions sulfates dans l’eau. Ils proviennent généralement de la dissociation du sulfate de calcium présent dans la nature. Leur présence en grande quantité rend l’eau particulièrement corrosive.

 

14. La teneur en ammonium

La teneur en ammonium exprime la quantité en ions ammoniums (NH +) contenus dans l’eau. Forme réduite de l’azote, ces éléments ne présentent généralement aucun risque sur la santé. Néanmoins, leur présence est un indicateur de pollution.

 

15. La teneur en fer

La teneur en ion ferreux détermine la quantité en ions ferreux (Fe2+) contenus dans l’eau. L’ion ferreux a tendance à réagir avec d’autres ions, et son excès est susceptible de favoriser la formation de rouille dans l’eau.

 

16. La teneur en nitrates

Cet indice exprime la quantité en ions nitrates contenus dans l’eau. À savoir que le nitrate provient de l’excès d’épandage d’engrais riche en azote dans le sol, par la suite déversé dans les nappes souterraines et les bassins versants.

 

17. La teneur en nitrite

Elle détermine la quantité d’ions nitrites (NO2) dans l’eau. Existant en très faible quantité à l’état naturel, le nitrite participe au cycle de l’azote. À la différence des nitrates, l’azote contenu dans le nitrite est instable. Au contact des microbes, le nitrate se transforme en nitrite, conduisant ainsi à la toxicité du nitrite dans l’eau.

 

Quelles sont les impuretés dans l’eau ?

 

L’eau présente dans la nature n’est jamais pure. Elle contient des impuretés, pouvant être à l’état liquide ou gazeux, et classées par en trois grands types : les impuretés minérales, les impuretés organiques et les impuretés de nature biologiques.

La pollution de l’eau se traduit par la contamination de l’eau par divers corps étrangers, comme les produits chimiques, les micro-organismes et les déchets industriels. Ces substances rendent l’eau impropre à la consommation entre autres, en dégradant sa qualité. Elles incluent notamment les métaux lourds comme les nitrates, les métaux lourds, les rejets d’eaux usées, les pesticides (DDT) en provenance de l’usage domestique et industriel ou de la déjection animale dans les élevages.

 

Focus sur les impuretés minérales

Les impuretés minérales sont réparties en deux catégories : les impuretés sans conséquences appréciables sur la santé des consommateurs et les impuretés ayant une influence sur les qualités organoleptiques de l’eau.

 

👉 Les impuretés sans effet notable sur la santé

 

Bien que certaines impuretés ne présentent pas d’effet notoire, elles restent néanmoins gênantes à la consommation. Ce sont notamment la minéralisation, la couleur, l’ammonium et les gaz dissous.

  • La minéralisation : la dureté et l’alcalinité de l’eau contribuent à l’équilibre calcocarbonique de l’eau, cela signifie que la concentration en acide carbonique dissous influe sur le pH de l’eau.
  • La couleur : souvent secondaire à la présence d’impuretés minérales comme le fer ou plutôt des impuretés organiques, telles que l’acide humique.
  • L’ammonium : il s’agit d’un indicateur de pollution bien qu’il n’ait pas d’effet nocif direct sur la santé.
  • Les gaz dissous : en particulier le sulfure d’hydrogène (H2S), constituent des révélateurs de conditions anaérobiques pour les différents micro-organismes, sans compter l’odeur désagréable qu’ils génèrent.

 

👉Les impuretés influant sur les qualités organoleptiques

 

En affectant les qualités organoleptiques de l’eau, ces impuretés entraînent des effets directs sur les consommateurs.

Il s’agit notamment :

  • Des nitrates : principalement issus de l’épandage azoté excessif dans les terres de culture. Solubles dans l’eau, ils nourrissent les plantes et les micro-organismes. Néanmoins, leur présence dans le sol expose à des risques, notamment le déséquilibre biologique des milieux aquatiques par phénomène d’eutrophisation et la toxicité sur la santé humaine.
  • Des métaux, comme l’arsenic, l’aluminium, le cobalt, le chrome ou le cuivre. Ils sont généralement issus des rejets d’usines métallurgiques, des boues résiduelles issues des stations d’épuration et des épandages d’oligo-éléments présents sur les terrains agricoles. Le ruissellement des eaux de pluie sur les routes et les toitures constitue également une source d’impureté. Ces métaux sont particulièrement nocifs pour le milieu aquatique, puisqu’ils ne sont pas biodégradables et très toxiques, à l’ingestion.
  • Les métaux lourds, à l’instar du plomb, du cadmium ou du mercure sont principalement issus des fongicides et de l’essence de voitures. Difficiles à éliminer par l’organisme, ils s’y agglutinent pour entraîner, en cas d’ingestion prolongée, de graves pathologies, comme le cancer, les insuffisances rénales ou la stérilité.
  • Les phosphates : proviennent soit de la déjection humaine, soit l’épandage excessif d’engrais ou de l’utilisation massive de lessives ou de détergents phosphatés. Bien que, comme les nitrates, ils sont capables de neutraliser l’action néfaste du calcaire, ces éléments restent potentiellement nocifs pour l’environnement aquatique en induisant l’eutrophisation.

 

Que sont les impuretés organiques ?

 

Les impuretés organiques proviennent essentiellement des principaux pollueurs du milieu aquatique, que sont les matières organiques. Elles sont le plus souvent issues des déchets domestiques, comme les excréments, les ordures ménagères, les déchets industriels ou agricoles.

Elles sont classées en trois catégories :

 

👉 Les impuretés biodégradables

 

Ces polluants organiques peuvent se décomposer naturellement grâce à la modification de quelques paramètres, dont la température. En conséquence, ils sont naturellement détruits par système d’auto-épuration des environnements aquatiques. Néanmoins, la dégradation d’une trop grande quantité est susceptible de provoquer l’asphyxie de la faune aquatique par carence en oxygène.

 

👉 Les impuretés difficilement biodégradables

 

Possédant une structure complexe, ces matières organiques, notamment l’acide humique et le polychlorobiphényle, présentent une grande résistance dans l’hydrosystème. En asphyxiant la faune et la flore, ils ont des impacts nocifs sur la santé humaine.

 

👉Les pesticides

 

Il s’agit généralement des raticides, des insecticides, des herbicides et des fongicides. Les pesticides sont des substances chimiques aux propriétés toxiques. Cette toxicité est notamment associée à leurs structures moléculaires, dont l’effet se répand également chez l’homme. Les impacts varient néanmoins selon leur mode d’action, leur durée d’utilisation et leur fréquence.

 

Quelles sont les impuretés biologiques ?

 

Toutes les eaux de toutes les origines sont polluables par les micro-organismes, notamment les virus, les bactéries, les amibes, les insectes et les vers.

 

👉Les virus

 

Les virus sont des êtres vivants pathogènes de taille microscopique qui se multiplient uniquement à l’intérieur de cellules vivantes.

Dans l’eau, il est possible de trouver des adénovirus, des entérovirus et des rotavirus. Selon leur virulence, ils entraînent plusieurs types de maladies, notamment la poliomyélite, la méningite lymphocytaire, la myocardie ou la myologie.

 

👉Les bactéries

 

Les bactéries sont des micro-organismes unicellulaires qui vivent aux dépens de son hôte ou du milieu ambiant. Elles sont jugées pathogènes lorsqu’elles peuvent se développer dans un organisme pluricellulaire, en induisant un problème de santé chez ce dernier. Les principales espèces pathogènes, transmissibles par voie hydrique, incluent :

  • Les bacilles de la fièvre typhoïde ;
  • Le vibrion cholérique à l’origine du choléra ;
  • Les bacilles dysentériques ;
  • Les bacilles pyocyaniques ;
  • Escherichia coli responsable de la colibacillose ;
  • Le staphylocoque doré à l’origine de certaines maladies cutanées, telles que la furonculose.

 

👉Les amibes

 

Les amibes sont des organismes unicellulaires des eaux salées ou douces ainsi que de la terre humide. Elles s’apparentent à des kystes et peuvent survivre dans l’eau pendant plusieurs semaines. Très résistantes par rapport au virus et aux bactéries, elles peuvent entraîner la dysenterie ou la méningite.

Face à toutes ces menaces qui affectent la santé humaine, il est indispensable de traiter efficacement l’eau dédiée à la consommation.

Comment filtrer l’eau ?

 

La filtration ou purification d’eau est l’ensemble des méthodes et techniques permettant d’avoir une eau « pure ». Comme vu plus haut, l’eau présente dans la nature n’est pas tout à fait potable et renferme plusieurs impuretés. Pour la rendre potable, elle nécessite un certain nombre de traitements dédiés.

 

La filtration de l’eau dans les réseaux de distribution d’eau classique

 

Le traitement de l’eau dépend de son niveau de pollution, de son origine, de sa qualité ainsi que des résultats escomptés.

 

1. Le dégrillage

Le dégrillage consiste à garder les matières volumineuses présentes dans l’eau à traiter. Après une première décantation, l’eau traverse les grilles afin de retenir les gros déchets.

2. Le dessablage

Comme son nom l’indique, le dessablage est un procédé visant à retirer le sable et la boue dans l’eau à traiter.

3. La prédécantation naturelle

La prédécantation naturelle est un procédé consistant à décanter l’eau, et ce, sans ajout de produit chimique. L’objectif est que les polluants les plus denses tombent naturellement au fond du décanteur. En d’autres termes, il s’agit de séparer, sous l’action de la gravité, les éléments en suspension dans un liquide pour, ensuite, les collecter au fond d’un bassin dédié.

4. Le tamisage

Le tamisage définit le passage des solides en suspension via un ou plusieurs tamis en vue de les retirer de l’eau. Ce procédé fait intervenir des grilles fines, permettant de retenir les petits déchets non arrêtés durant le dégrillage.

5. L’oxydation

L’oxydation consiste à extraire les matières organiques, notamment le fer, l’ammoniac et le manganèse contenus dans l’eau.

6. La clarification

À l’issue de l’oxydation, l’eau traitée est ensuite débarrassée de toutes les matières en suspension à travers la clarification. Cette technique vise à éliminer les restes de particules de suspension de la simple décantation. Elle recourt généralement à la coagulation, puis à la floculation.

7. La filtration

Une fois décantée, l’eau est ensuite filtrée. Ce procédé de traitement de l’eau permet de clarifier un liquide contenant des matières en suspension via son passage dans un milieu poreux, composé de matériaux granulaires. Les filtres ont pour vocation de faire ressortir une eau conforme aux normes en vigueur.

8. La désinfection

La désinfection constitue la dernière étape en termes de traitement de l’eau. Cruciale à la santé, elle permet d’éradiquer les agents pathogènes contenus dans l’eau grâce à des désinfectants, notamment le chlore.

9. La dureté de l’eau et le pH

Une eau est considérée comme dure lorsqu’elle renferme une quantité importante en sels dissous, à l’instar du magnésium et du carbonate de sodium, dont l’excès est nocif pour la santé. De plus, le pH doit également être ajusté selon les normes en vigueur.

 

Les filtres à eaux : quelle efficacité et quand faut-il les changer ?

Les filtres à eau se déclinent sous plusieurs formes, à l’instar des carafes filtrantes et des fontaines à eau filtrante.

 

👉Les carafes filtrantes

 

Une carafe filtrante est dispositif muni d’une cartouche de filtration qui renferme essentiellement du charbon actif imbibé de résines cationiques et anioniques ainsi que d’iodure d’argent.

Son utilisation nécessite quelques instructions, garantes de la qualité de l’eau traitée.

  • L’eau filtrée doit directement être bue dans les prochaines 24 h qui suivent son traitement ou être maintenue au frais 48 h au réfrigérateur afin de prévenir les risques bactériologiques.
  • Le filtre ne doit pas rester vide pendant trois jours.
  • La cartouche de filtration doit régulièrement être renouvelée tous les mois.

👉Les fontaines à eau filtrante

 

Comme leur nom l’indique, les fontaines à eau filtrante sont des filtres à eau apparents à des fontaines. Ils intègrent principalement une tête en céramique, un robinet magnétique ainsi qu’une cartouche de filtration à étages multiples. Comme la carafe filtrante, son utilisation nécessite quelques précautions afin d’assurer la qualité de l’eau et améliorer sa durabilité :

 

  • La tête en céramique doit régulièrement être nettoyée avec une petite brosse, dans l’idéal tous les 7 jours ;
  • Il en est de même pour le dessous du cartouche, qui doit être lavé tous les 10 jours ;
  • Pour la tête en céramique, les pierres minérales et la cartouche en entier, prévoyez un lavage en profondeur après 10 mois d’utilisation environ.

Selon les résultats d’études sérieuses, une différence notable est constatée entre une eau brute et une eau filtrée. Ces variations se rapportent à plusieurs paramètres de potabilité.

 

  • La tête en céramique du filtre retient les différentes matières solides en suspension (sable, poussière, boue, etc.).
  • Le filtre conserve la stabilité de la température de l’eau, dès son entrée dans le dispositif jusqu’à sa sortie. L’eau est ainsi maintenue fraîche le long de la filtration.
  • Ces équipements ont également la capacité d’éliminer les ions sulfates.
  • Neufs, ils peuvent en outre réduire le chlore résiduel.
  • Côté bactériologique, ces filtres sont capables de réduire la quantité des bactéries, initialement innombrable.
  • Petit plus : l’eau filtrée est plus limpide et offre un meilleur goût.

Pourquoi opter pour une fontaine à eau ?

Le corps concentre près de 60 % d’eau. Pour y maintenir un bon taux d’hydratation, il est conseillé de boire près d’un litre et demi d’eau par jour, quantité indispensable à toutes les activités quotidiennes.

 

Le rôle vital de l’eau

 

L’eau soutient la formation des membranes cellulaires ainsi que l’élimination des toxines du corps. Par ailleurs, les sels minéraux (potassium et sodium) présents dans l’eau maintiennent le potentiel électrique dans une cellule, ce qui facilite la propagation de l’influx nerveux.

 

L’eau, une nécessité absolue en termes d’hydratation

 

Plus qu’une source d’eau fraîche et potable, l’eau est une véritable source d’hydratation, contribuant à la santé et à l’équilibre alimentaire. Boire suffisamment est crucial au bon fonctionnement de l’organisme. Cette source de vitalité est indispensable aux activités du quotidien.

 

Les principaux avantages d’une fontaine d’eau (avec ou sans bonbonne)

 

Praticité

Selon le modèle choisi, une fontaine d’eau est l’assurance de bénéficier au besoin, d’une eau fraîche (entre 5 °C et 15 °C), chaude (entre 80 °C et 95 °C°), tempérée (19°/20 °C), voire même gazeuse (dans le cas des fontaines à bonbonne).

 

Santé et hygiène

En ce qui concerne les fontaines à bonbonne, l’eau potable est issue de l’eau minérale ou de sources naturelles. Dans les deux cas, elles présentent une origine naturelle. Protégées de toute pollution, elles sont généralement abritées par des nappes ou des gisements souterrains, pour une eau de qualité supérieure.

Pour les fontaines raccordées au réseau, il existe une déclinaison de systèmes de filtration (par gravité naturelle, au charbon actif, etc.), dont l’innocuité sur la santé a été prouvée. Ces solutions garantissent en outre une hygiène constante du dispositif.

 

Écologie

Du point de vue écologique, les fontaines raccordées au réseau restent les plus recommandées, puisqu’elles ne requièrent pas l’utilisation de bonbonnes d’eau. Néanmoins, ces dernières sont aujourd’hui pensées pour être 100 % recyclables et satisfaire aux critères écologiques, notamment dans le choix des matériaux et leur durée de vie.

Fontaines d’eau : les règlementations

 

Depuis le 1er janvier 2022, la loi AGEC impose à tous les ERP (Établissements Recevant du Public) de plus de 300 individus de s’équiper en système de distributions d’eau, notamment les fontaines d’eau potable.

 

La fontaine d’eau en entreprise

 

Selon les articles R4225-2 à R4225-4 du Code du travail, les employeurs sont tenus de proposer un moyen d’accéder à l’eau potable et en continu. À l’égard des règlementations, ils doivent mettre à disposition de l’eau potable, fraîche et gratuite, dans des emplacements qui répondent aux normes d’hygiène et proches des postes de travail. Ils doivent également veiller au bon fonctionnement et à l’entretien de ces appareils de distribution, mais en outre à leur bonne conservation et l’absence d’éventuelle contamination.

Découvrez les fontaines à eau Behring pour les entreprises

La fontaine d’eau au service de l’hôtellerie

 

La loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire mise en vigueur au 1er janvier 2020 définit de nouvelles règles et de nouveaux objectifs en matière de production et consommation durables. L’une de ces règlementations concerne l’interdiction de la distribution gratuite de bouteilles en plastique dans les ERP, à l’instar des restaurants. Par ailleurs, ces établissements doivent être équipés d’une fontaine à eau potable minimum et gratuitement accessible au public.

Découvrez les fontaines à eau Behring pour les restaurants et hôtels

La fontaine d’eau dans les établissements de santé

 

Les fontaines d’eau trouvent également leur place dans les structures associées à la santé, entre autres les hôpitaux publics ou privés, les cabinets médicaux ou paramédicaux. Selon la loi AGEC, celles-ci doivent délivrer une eau de qualité, répondant aux normes en vigueur en matière de potabilité. Pour garantir l’hygiène et la prévention des éventuels risques sanitaires, de nombreuses règlementations encadrent notamment ces dispositifs, à l’instar de la circulaire DHOS/E4/DGAS2C/DGS/7A N° 377 du 3 août 2004. Elle recommande l’aménagement de fontaines à eau réfrigérantes, moyennant toutefois une maintenance préventive en vue de garantir une hygiène optimale ainsi qu’un contrôle de la qualité de l’eau.

Découvrez les fontaines à eau Behring pour les Ehpads, Cliniques, Hôpitaux 

Les autres secteurs

 

Les autres secteurs recevant du public, allant de plus de 300 personnes, sont également concernés. Ils sont tout autant encouragés à installer une machine à eau dans leurs locaux afin d’y offrir une eau potable, à accès gratuit.

 

Quelle fontaine à eau filtrante choisir ?

 

Selon la taille, les services souhaités et le nombre d’individus prévus, les fontaines à eau présentent plusieurs déclinaisons sur le marché. Il convient à cet effet de considérer plusieurs critères à l’achat.

 

Quelle est la meilleure fontaine à eau selon les avis des spécialistes : fontaine bonbonne ou fontaine filtrante ?

 

Il existe deux types de fontaines à eau : les fontaines bonbonnes et les fontaines filtrantes.

Les distributeurs d’eau bonbonnes nécessitent un renouvellement régulier d’équipement. Ils sont généralement retrouvés dans les salles de sport ou encore à l’entrée d’un magasin. Ces dispositifs offrent toutefois l’avantage d’être facilement déplaçables, quel que soit l’emplacement, pourvu qu’une prise électrique se trouve à proximité.

S’ils peuvent paraître pratiques à première vue, ils n’en restent pas moins contraignants en raison du stockage des bonbonnes. Cette conservation entraîne notamment la stagnation de l’eau. En saison chaude, cela ne pose pas problème puisqu’elle est rapidement consommée. En revanche, en hiver, la fontaine risque d’être exposée aux pollutions et moisissures, car la même bonbonne d’eau peut prendre des semaines à se vider.

La rétrocontamination est ainsi à craindre. Il s’agit d’une contamination transmise et apportée par les utilisateurs lors de la manipulation de la fontaine. Si la majorité des bonbonnes en bon état peuvent être nettoyées et réutilisées, ce n’est pas le cas des contenants endommagés. À titre informatif, environ 40 % des déchets plastiques sont envoyés en décharge chaque année, dont une faible quantité est recyclable.

Les fontaines filtrantes sont, quant à elles, directement branchées sur le réseau d’eau d’une structure. Elles filtrent l’eau par le biais de ses différents filtres et distribuent, par la suite, une eau pure. Certaines versions peuvent intégrer un système d’ultra microfiltration, assurant ainsi une eau pure : fraîche, chaude, gazeuse ou tempérée.

Par ailleurs, les fontaines connectées en réseau réduisent, voire suppriment entièrement l’empreinte carbone générée par la livraison des bouteilles, mais également leur transport, une fois vides, en centre de recyclage ou en décharge.

 

La capacité de filtration

 

La capacité de filtration renvoie au nombre de collaborateurs dans votre entreprise ou de clients que votre restaurant ou hôtel peut accueillir. Ce volume est susceptible de changer selon le fournisseur de la fontaine à eau. À la belle saison, les fontaines à eau avec option fraîche seront particulièrement sollicitées, à un point de craindre une rupture, nécessitant ainsi une capacité de filtration suffisante. Anticipez également un volume conséquent pour les gros consommateurs de café, de thé ou d’eau gazeuse. Dans tous les cas, n’hésitez pas à faire un sondage auprès de vos salariés ou vos clients, en vue de connaître leurs réels besoins en eau.

 

Les températures 

 

Chaque fontaine dispose de sa propre température. Il importe ainsi de connaître l’établissement dédié à son utilisation et leurs besoins.

 

👉 L’eau froide

L’eau fraîche est connue pour stimuler la circulation sanguine et favoriser la meilleure répartition de l’oxygène, mais également des nutriments dans l’organisme. Elle est indispensable à toute entreprise.

 

👉 L’eau chaude

Les fontaines à eau avec option « eau chaude » sont l’idéal pour les utilisateurs consommant du café soluble, du thé ou d’autres boissons chaudes. À ce titre, il est possible de privilégier les dispositifs prévoyant une sortie d’eau chaude, laissant ainsi le choix d’y recourir ou non. En effet, par raison de sécurité, son usage peut être limité dans certains lieux publics, comme les cabinets médicaux.

 

👉 L’eau ambiante

L’eau tempérée est généralement prévue pour toutes les pauses déjeuner. Votre entreprise propose une pièce dédiée à la restauration ? Ce type d’eau est le plus recommandé. Si vous êtes hôtelier, laissez à vos clients le choix entre une eau ambiante ou une eau fraîche.

 

👉 L’eau gazeuse

Proposer de l’eau gazeuse est une autre façon de varier le plaisir des consommateurs. Si vous êtes responsable hôtelier ou chef d’entreprise, mettre à disposition une eau gazeuse serait un véritable plus.

 

Les matières 

 

Les fontaines à eau se modernisent de plus en plus. Elles peuvent proposer un habillage varié selon leur matériau de fabrication et l’environnement de travail dédié.

Si vous êtes responsable hôtelier ou recevez du public dans votre établissement, privilégiez une fontaine en acier inoxydable et verre trempé, alliant discrétion et design.

Les fontaines en ABS 100 % recyclable et haute résistance sont l’idéal pour les petits comme les grands espaces de travail.

Les différents accessoires

 

1. Fontaine sur socle

 

Les fontaines sur socle, également appelées fontaines « sur pied », sont déposables dans n’importe quel emplacement de votre espace de travail, pourvu qu’elles soient à proximité d’une prise. Selon le modèle, elles délivrent une eau pure, froide, ambiante ou chaude, en illimité.

 

2. Fontaine sur table

 

La fontaine sans socle ou fontaine sur table est pensée pour être installée dans la cuisine de votre bureau ou plutôt sur un comptoir. Ce type de dispositif est particulièrement prisé dans certains établissements comme les hôtels ou les restaurants.

 

3. Le filtre UF ou microfiltration

 

Ce dispositif comprend des membranes dédiées à l’élimination de certains micro-organismes contenus dans l’eau. Ces membranes sont capables de retenir toutes les particules supérieures à 2 µm. Le filtre présente généralement une durée d’utilisation allant de 5 600 litres d’eau.

 

4. Le filtre triple actions

 

Cette fontaine intègre généralement trois filtres dans une même cartouche, permettant ainsi d’éliminer les petites particules non dissoutes. Ils suppriment le chlore, les pesticides, les insecticides, mais également le mauvais goût. Par ailleurs, ils réduisent le tartre pouvant tapisser les canalisations. À l’instar du filtre UF, cette cartouche est changeable tous les 5 600 litres d’eau, soit une fois par an.

 

L’environnement de travail

 

👉Dans l’univers de la restauration et l’hôtellerie

 

Vous exercez dans ces domaines d’activité ? Optez pour une fontaine d’eau pouvant distribuer une eau fraîche en grande quantité, et ce, en continu. Il est également possible de proposer de l’eau gazeuse à votre clientèle en choisissant les dispositifs offrant différents choix de températures. Comme le design constitue un critère essentiel, misez sur une fontaine discrète et compacte, qui se fond parfaitement dans tout type de décor.

 

👉Pour les bureaux et les commerces

 

Si vous travaillez dans un commerce qui accueille du public, une entreprise avec des bureaux ou une salle de pause, la fontaine à eau est l’endroit idéal pour les discussions et les partages.

 

👉Dans les centres hospitaliers

 

En ce qui concerne les établissements de santé, il est important d’assurer une eau pure certifiée. Si vous êtes directeur d’un Ehpad, n’hésitez pas à proposer une fontaine d’eau offrant différents types de température, de texture et même de goût.

 

Pourquoi choisir les fontaines à eau Behring ?

 

Les fontaines à eau pour entreprise ont vu le jour dans les années 90, sous forme de dispositifs à bonbonnes en plastique. Elles ont rencontré un franc succès jusqu’à l’arrivée des fontaines sur réseau d’eau. Pratiques, écologiques et économiques, ces dernières s’imposent désormais comme étant un choix de référence au détriment de ces distributeurs d’eau classiques, obsolètes et polluants. Chez Behring, nous proposons uniquement des fontaines à eau sur réseau, aux multiples avantages :

 

Fontaines à eau sur réseau : praticité, simplicité d’utilisation et d’entretien

 

En apparence, la fontaine à eau bonbonne semble être la solution idéale : elle ne nécessite aucune instruction d’utilisation ou d’installation. Elle s’installe tout simplement dans un coin pour distribuer de l’eau en une pression de bouton ou de levier. Cependant, une fontaine à bonbonne requiert une gestion particulière. En effet, les bonbonnes vides doivent nécessairement être remplacées. En conséquence, vous devez effectuer un contrôle régulier des stocks afin de pouvoir procéder au remplacement. Il vous faudra passer commande et gérer la livraison. À cela s’ajoutent les factures qui semblent décupler, en période de fortes chaleurs. Ce poste de dépense se renouvelle chaque mois.

Les fontaines à eau réseau constituent alors un bon compromis entre facilité d’utilisation et d’installation. Elles trouvent facilement leur place dans un coin pour égayer l’aménagement de votre local ou salle de sport de leur design moderne. Il vous suffit de passer commande et nous assurons le reste : livraison, installation, maintenance, etc.

Une fois votre fontaine connectée à l’arrivée de votre eau courante, vous profiterez d’une eau en illimitée, sans vous soucier des efforts administratifs associés au remplissage du stock. Vous bénéficierez en outre d’un service de qualité gratuit et disponible 24 h/48 h.

 

Une fontaine sans bonbonne, purifiée filtrante et réfrigérée

 

Toutes nos fontaines à eau ne sont pas conçues de la même façon. Chez Behring, nous proposons plusieurs gammes de dispositifs, pensés pour répondre à chaque besoin. Ils sont disponibles dans différents formats (sur socle ou minibar), coloris (personnalisables) et versions (eau froide, gazeuse, aromatisée, etc.).

Certains des produits disposent également d’un design moderne et innovant, tandis que d’autres sont gardés dans un style épuré et minimaliste, afin de mieux se fondre dans tout type de décor. Nos fontaines à eau peuvent être personnalisées à souhait, au nom de votre entreprise, votre restaurant ou votre salle de sport pour mettre en avant votre image.

 

💧 La fontaine La Fabrik à Boissons

Il s’agit d’une fontaine à eaux aromatisées, pétillantes et fraîches. Elle filtre l’eau du réseau pour faire ressortir une boisson aromatisée et saine. En entreprise comme dans les restaurants, elle est l’idéal pour offrir un breuvage zéro-déchet, décliné dans plus de 30 soft-drinks.

 

💧 La fontaine Belledonne

Discrète et compacte, la fontaine Belledonne agrémente tout type d’aménagement et de décor. Elle nécessite tout simplement une arrivée d’eau et une prise électrique. Elle est proposée en version sur pied, livrée avec un meuble ou en comptoir. Selon vos besoins, ce dispositif délivre une eau plate et/ou pétillante.

 

💧 La fontaine Vanoise

La fontaine Vanoise se démarque par la présence de deux « becs » en colonne inox brossé, dédiés à l’eau plate et à l’eau gazeuse. Elle offre une autonomie allant jusqu’à 10 kg de CO2.

 

💧 La fontaine Écrins

La fontaine Ecrins représente un modèle de fontaine design et murale. Ce modèle encastrable offre une intégration optimale dans tout type d’établissement : entreprise, salle de sport ou restaurant.

 

💧 La fontaine Meije

Robuste et design, la fontaine Meije est parfaite pour remplir rapidement vos carafes d’eau. Également disponible en version « sur pied » et « comptoir », elle s’installe n’importe où dans votre bureau, votre restaurant ou votre cabinet médical.

 

💧 La fontaine Goutte

Originale et élégante, la fontaine Goutte est disponible en version « autoporteuse » et en version « murale ». Son atout : un design personnalisable qui s’adapte avec brio aux couleurs de votre établissement. Les options de personnalisation incluent entre autres la couleur de l’habillage, de la goutte, du meuble, etc.

 

Un purificateur d’eau moderne, innovant, performant et écologique

 

Environ 30 % des fontaines classiques présentent un risque élevé de contamination, qui incombe légalement à l’exploitant. Pour proposer une eau potable et conforme aux normes de l’OMS, nous recourons à une technologie brevetée de filtration ou microfiltration au charbon actif. Cette innovation garantit l’élimination de virus, de bactéries ainsi que des champignons en fin de circuit, tout en évitant la rétrocontamination de l’eau. Toutefois, ce procédé commun à plusieurs fabricants de fontaines n’assure pas complètement une qualité bactériologique de l’eau. À cet effet, la marque dispose de 3 brevets pour une sécurité totale :

  • La cavitation hydrodynamique : explosant ainsi les amas bactériens en provenance du biofilm. En effet, ceux-ci ont souvent tendance à résister aux traitements traditionnels.
  • Le traitement UV : un procédé instantané supprimant ainsi les bactéries isolées, à la différence de la montée en puissance progressive des lampes traditionnelles.
  • Le contrôle continu: ne laissant ressortir que de l’eau 100 % sécurisée. En effet, l’eau est susceptible de se dégrader et les canalisations sujettes à des entartrages.

 

Nos fontaines à eau sont entièrement conformes aux exigences de l’ARS dans la santé ainsi qu’aux normes européennes bactériologiques pour l’eau en bouteille. Elles ont reçu des validations scientifiques à l’issue de tests de longue durée en hôpitaux, notamment la Revue hygièneS 2010 et 2011 et la Maîtrise du risque légionelles, CSTB. Chaque verre présente ainsi une pureté et une fraîcheur optimales, les minéraux étant en outre conservés.

 

D’autre part, Behring est une marque qui agit chaque jour pour l’environnement.

En chiffre :

👉 Près de 36 millions de litres d’eau sécurisée et fraîche sont proposés en 2018.

👉1 300 tonnes de déchets de bouteilles en plastique ont été épargnées.

 

Nous privilégions le développement durable en bannissant les traitements et ajouts chimiques, le recours à l’énergie issue de la pression du réseau ainsi que la consommation électrique réduite. Nos fontaines à eau profitent en conséquence d’une longue durée de vie, vous servant ainsi pendant longtemps, tout en préservant la planète.

Découvrez la gamme de fontaines à eau Behring

La Vanoise

FONTAINE VANOISE

Fontaine conviviale

La Fabrik à boissons

FONTAINE
LA FABRIK

Fontaine à boissons

La Meije plate

FONTAINE MEIJE

Fontaine rapide

Sancy

FONTAINE BELLEDONNE

Fontaine compact

Ecrin

FONTAINE ECRINS

Fontaine murale

La fontaine Goutte

FONTAINE GOUTTE

Fontaine design

À découvrir aussi …

Boissons : que dit le Code du travail ?

Boissons : que dit le Code du travail ?

Boissons : que dit le Code du travail ?L’hydratation des employés constitue un défi important auquel sont confrontés les employeurs. La législation veille à encadrer ce processus de manière à satisfaire les besoins journaliers des...

lire plus
Quelle eau proposée dans mon hôtel ?

Quelle eau proposée dans mon hôtel ?

Quelle eau proposée dans mon hôtel ?Dans l’univers de l'hôtellerie et de la restauration, où le bien-être et l’excellence du service des clients priment, la qualité de l’eau constitue un élément fondamental à considérer. L’eau joue...

lire plus
Tout savoir sur les distributeurs de boissons froides

Tout savoir sur les distributeurs de boissons froides

Tout savoir sur Les distributeurs de boissons froidesLe distributeur de boissons froides est l’idéal pour apprécier une pause fraîcheur et désaltérante au quotidien. Ils fournissent en effet un large choix de boissons fraîches à...

lire plus

Suivez - nous sur les réseaux !
      

BEHRING | 32 Chemin du Vieux Chêne, 38240 Meylan | 04 56 60 46 77 | service.commercial@behring-water.com 

Mentions légales

 

Je souhaite télécharger la carte des boissons

Share This